Cuivre, Or, Argent : L’hiver ? Même pas peur

Grippe, rhume, bronchite… En hiver, notre système immunitaire est mis à rude épreuve. Surtout quand on a un terrain particulièrement sensible. Le trio d’oligoéléments Cuivre-Or-Argent devient alors incontournable.

Nez qui coule, état grippal, fatigue, les maux de l’hiver peuvent mettre nos défenses naturelles à plat. Sans parler des pharyngites, bronchites, angines et autres états infectieux qui peuvent s’aggraver et nous affaiblir durablement. Face à ces virus saisonniers, nous ne sommes pas tous égaux et, pour certaines personnes sensibles, un simple rhume peut facilement se transformer en bronchite ou en otite.

Le stress, la grossesse ou l’âge peuvent également diminuer la résistance naturelle face aux agents infectieux. De plus, en hiver, le froid, le fait de rester enfermé et le chauffage qui assèche les muqueuses respiratoires, favorisent les épidémies.

Face à ces maladies saisonnières, l’oligothérapie a un rôle important à jouer : en prévention en boostant notre système immunitaire, et en traitement quand les symptômes inflammatoires sont là. Et cela, sans contre-indication notable ni toxicité.

La cure d’oligoéléments qui s’impose est celle des 3 experts de l’hiver : Cuivre, Or et Argent associés. Pourquoi ? Le Cuivre est anti-infectieux et anti-inflammatoire, il est aussi antiviral et c’est lui le pivot de votre cure. De plus, si vous prenez un traitement antibiotique il complète l’action. L’Argent, antibactérien, va « nettoyer » l’écoulement nasal. Quant à l’Or, également anti-inflammatoire, il va aussi permettre de lutter contre l’état de fatigue induit par la maladie et faciliter le rétablissement et donc le retour du tonus !

Pour stimuler votre immunité et votre métabolisme, vous pouvez également faire une cure de Sélénium qui aide à prévenir les infections à répétition. N’hésitez pas à en parler avec votre pharmacien, il saura vous conseiller sur le mode d’emploi des oligoéléments et leur posologie.

Notre conseil :
limitez les sucres rapides qui réduisent l’absorption du cuivre au niveau intestinal.