L’approche médiéviste suppose engagement et « présence à soi » pour aboutir à ce qui est appelé la « proprioception » autrement dit, une nouvelle capacité à s’observer, à décrypter les messages du corps, à prendre conscience de sa posture et à répéter des exercices musculaires et de respiration dans sa vie quotidienne.

Objectif à long terme : intégrer un nouveau schéma corporel !! « trop souvent, les gens ne savent pas comment ils vivent, respirent, marchent.

Ils apprennent petit à petit à noter qu’ils ne savent même pas s’asseoir sur leurs deux fesses, ou dégager la tête des épaules, ou marcher en posant le talon d’abord.

Ils prennent conscience de leur façon de sortir du lit de se pencher pour porter quelque chose, de respirer « trop petit », témoignage Jacques Patté, qui ne donne toutefois pas d’exercices à faire tout seul à la maison avant d’avoir longuement déprogrammé puis reprogrammé des mouvements; « je ne préconise rien tant que la personne n’est pas suffisamment présente à son corps » , certes des pratiques comme le QI Gong ou le Tai-chi, des pratiques douces et holistiques, ont plus de chance de respecter les bons équilibres des chaînes que d’autres physiques, « toutefois, il faut d’abord connaître ses forces et ses faiblesses » .

Un mouvement non adapté ou mal répété peut avoir des effets nocifs

Les chaînes musculaires:

Françoise Méziéres a défini les chaînes musculaires comme un « ensemble de muscles polyarticulaires de même direction, dont les insertions se recouvrent à la manière des tuiles sur un toit » , d’où l’importance de travailler sur l’ensemble du corps simultanément.

Quatre ont été identifiées :

1/ La chaîne postérieure ( la plus importante, des pieds à la tête, en passant par des muscles clés comme ceux du mollet)

2/ La chaîne antérograde-intérieure (autour du diaphragme, lequel s’attache sur la cage thoracique et à la colonne d’où le travail respiratoire complet)

3/ La chaîne antérieure du cou ( les muscles antérieurs du cou jusqu’aux premières dorsales)

4/ La chaîne brachiale (qui va des épaules au bout des doigts)

Par la suite, les Méziéristes ont ajouté des chaînes latérales et croisées (ex: épaule-bassin)

Article: Christine Saramito « Principes de Santé le journal de la Médecine Naturelle »