Boostons notre dopamine !

par Sophie Macheteau

Savez-vous qu’il existe un neurotransmetteur, qui est aussi une hormone, appelé dopamine, présent dans notre corps et produit par le cerveau ?

La dopamine nous permet de nous sentir bien, de mieux lutter contre le stress et les baisses de moral. L’organisme la sécrète naturellement lors de certaines activités qui procurent du plaisir, telles que le sport, la danse, l’activité sexuelle… mais aussi en prenant de la nourriture. La dopamine et l’alimentation sont étroitement liées et ce n’est pas pour rien que l’on dit souvent que le bonheur est dans l’assiette !

Malheureusement, notre taux de dopamine n’est pas toujours au beau fixe. Et quand il est au plus bas, nous devenons léthargique et la déprime nous gagne. Nous ressentons alors une baisse de motivation, conduisant à une situation d’échec. Alors, pour mettre toutes les chances de notre côté, nous devons chouchouter notre cerveau pour qu’il produise un maximum de dopamine.

Comment maintenir le taux de dopamine ?

1. EN PRATIQUANT UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE

C’est un fait indéniable : le sport favorise la production de dopamine. Lorsque nous nous entraînons, notre taux de calcium augmente également et c’est ce dernier qui est indispensable à la production de la molécule du bien-être. Je vous rassure, pas besoin de courir un marathon tous les jours. Marcher un minimum de 30 minutes quotidiennement sera suffisant pour libérer de la dopamine.

2. EN CONSOMMANT DES ALIMENTS RICHES EN TYROSINE

Cet acide aminé sera transformé au cours de plusieurs réactions chimiques pour obtenir la dopamine. Alors, on n’oublie pas de consommer amandes, avocats, bananes… pour augmenter notre concentration de dopamine sanguine.

3. EN BOOSTANT NOS APPORTS D’ANTIOXYDANTS

En effet, la dopamine s’oxyde facilement et les antioxydants protègent les cellules du cerveau. Pour cela, on mise sur les fruits et légumes ! – Bêtacarotène et caroténoïdes : carottes, agrumes, piments, asperges, brocolis… – Vitamine C : persil, fraises, kiwis… – Vitamine E : oléagineux (amandes, noix…), brocolis, légumes verts…

4. EN FAISANT DE GROS DODOS !

Savez-vous qu’un sommeil de bonne qualité est le meilleur moyen de voir son taux de dopamine grimper en flèche ? Eh oui, en dormant, le corps ne consomme que très peu de dopamine, ce qui nous laisse un stock plein pour attaquer la journée. Dans la mesure du possible, essayons de dormir au moins 8 heures par nuit et d’avoir un sommeil régulier et réparateur.

5. EN MÉDITANT !

Comme nous le savons déjà, la méditation possède de nombreuses vertus. Mais saviez-vous qu’elle augmente la libération de dopamine, pour peu qu’elle soit pratiquée régulièrement ?1 2 3

6. PASSER PLUS DE TEMPS À L’EXTÉRIEUR

C’est aussi c’est bon pour le moral car les rayons du soleil font augmenter le nombre de récepteurs de dopamine et créent de la vitamine D, qui active les gènes responsables de la libération de dopamine. Pas mal, non ?

Pourquoi les personnes qui sont très créatives manquent-elles de dopamine ?

De prime abord, cela pourrait paraître paradoxal, mais il semble pourtant que forte créativité rime avec faible dopamine.

Les scientifiques l’expliquent de cette manière : les créatifs, imaginant sans cesse et créant des choses – concepts, slogans, images… –, devraient nager dans la dopamine. De fait, ils en fabriquent en grande quantité. Toutefois, bien qu’ils en produisent beaucoup, ils manquent de récepteurs dans le cerveau, appelés D2. Ces derniers sont des sortes de filtres qui aident à trier et ainsi à mieux percevoir et comprendre ce que les autres et ce que le monde extérieur veulent nous dire. Manquer de D2, c’est donc l’assurance d’avoir moins de tri, et donc de recevoir davantage d’informations brutes, parfois violentes, du monde extérieur, avec un risque non négligeable de mauvaise interprétation. On peut alors vite devenir irritable, voire parano, si l’on interprète mal ce flot ininterrompu de stimuli.

À quelle heure notre corps fabrique-t-il de la dopamine ?

Il existe une chronobiologie de la dopamine. En effet, la dopamine étant le neurotransmetteur de l’éveil et de l’action, elle est du matin. En journée, elle cède la place à la noradrénaline, le soir, c’est la sérotonine qui prend le relais, et, la nuit, la mélatonine.

Par conséquent, mieux vaut éviter au maximum le sucre au petit déjeuner et le matin pour ne pas fragiliser notre taux de dopamine.


1- Young, Simon N. Biologic effects of mindfulness meditation: growing insights into neurobiologic aspects of the prevention of depression. Journal of Psychiatry & Neuroscience : JPN, vol. 36, n° 2, mars 2011, p. 75?77. PubMed Central, doi:10.1503/jpn.110010. 2- Kjaer, Troels W., et al. Increased Dopamine Tone during Meditation-Induced Change of Consciousness. Brain Research. Cognitive Brain Research, vol. 13, n° 2, avril 2002, p. 255?59. 3- Kruis, Ayla, et al. Effects of Meditation Practice on Spontaneous Eyeblink Rate. Psychophysiology, vol. 53, n° 5, mai 2016, p. 749?58. PubMed, doi:10.1111/psyp.12619.


Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square