Les troubles de la mémoire :


Les troubles de mémoire peuvent concerner la mémoire à long terme et la mémoire à courts termes. Par ailleurs, ils peuvent aussi surgir de manière progressive ou brutale, permanente ou transitoire. Les troubles de mémoires sont dans certains cas un signe de fatigue ou de maladie neurologique grave. Il existe de nombreux facteurs qui peuvent causer la perte de mémoire.

Les causes des troubles de mémoire

Plusieurs facteurs peuvent provoquer les troubles de mémoire. Si d’un côté il y a la maladie d’Alzheimer, ces pertes de mémoire peuvent aussi s’associer avec d’autres maladies ou situation comme :

  • La fatigue et le manque de sommeil : peuvent engendrer des pertes de mémoire, ainsi qu’une baisse de concentration.

  • La consommation de certaines drogues, tabac et alcool ;

  • La prise de certains médicaments (les somnifères, les myorelaxants, les antidépresseurs, les antihistaminiques contre les allergies) ;

  • La dépression, le stress et les événements traumatisants ;

  • Les carences alimentaires, notamment en vitamine B12 ou B1.

Les traumatismes crâniens liés à la pratique d’un sport ou à un accident, peuvent également provoquer des troubles de mémoires. En ce qui concerne les atteintes cérébrales, les accidents vasculaires cérébraux comme l’AVC peuvent aussi provoquer des pertes de mémoire. Cela peut être à long ou à court terme. En outre, il existe d’autres maladies qui peuvent avoir un impact sur la mémoire :

  • Manque d’oxygénation du cerveau ;

  • Tumeur au cerveau ;

  • Intervention chirurgicale importante ;

  • Infection des méninges ou du cerveau.

Quelles sont les conséquences des troubles de la mémoire ?

Les troubles de mémoire peuvent arriver occasionnellement à tout le monde. Surtout, en cas de stress ou de fatigue. Ainsi, il est inutile de s’inquiéter au moindre oubli. La mémoire est de moins en moins fiable, au fur et à mesure que l’on prend de l’âge. Cela fait également parti du processus de vieillissement de l’homme. Par ailleurs, il est important de consulter un médecin si jamais ces oublis ont un impact sur la vie quotidienne. En effet, s’ils s’intensifient, les troubles de mémoire peuvent avoir

des effets négatifs sur la vie et peuvent même la mettre en danger (oublier son adresse, oublier d’éteindre le gaz,…).

Quelles sont les solutions face à un cas de perte de mémoire ?

Évidemment


, la solution dépend de la maladie en cause. Tout d’abord, il faut pratiquer une évaluation médicale afin de mesurer l’ampleur de la perte de mémoire. Dans certains cas, d’autres symptômes peuvent également apparaître :

  • Mélanger des mots ;

  • Problèmes d’association logique ;

  • Troubles de l’écriture ;

  • Difficulté à s’exprimer.

Si les troubles de mémoires sont en rapport avec la prise de drogues, il est nécessaire de recourir à un sevrage. Le réajustement de dosses ou le remplacement de molécule pourrait suffire à corriger le problème. Si le sujet est en dépression, il sera utile d’opter pour une prise en charge psychologique ou pharmacologique. D’autre part, si les troubles de mémoire surgissent après un AVC ou un traumatisme crânien, les symptômes pourront être atténués par une rééducation.

Les différents types de troubles de mémoire

Troubles de la mémoire à court terme

Les troubles de mémoire peuvent se manifester à cause d’une maladie affectant la mémoire. Ils peuvent aussi être d’origine émotionnelle. La capacité à mémoriser peut être altérée par la fatigue, le stress et l’anxiété. Il en est de même pour le problème d’alcoolisme, une alimentation carencée, une fatigue excessive, ainsi qu’un excès de médicaments. Par ailleurs, les troubles de mémoire à court terme peuvent être soignés grâce à une meilleure hygiène de vie. La pratique régulière d’un entrainement cérébrale permet aussi de stimuler la mémoire.

Les troubles de mémoire à long terme

C’est une amnésie avec une perte totale ou partielle des souvenirs (identité propre, connaissances, …). Un trouble de la mémoire à long terme peut aussi se manifester par une perte de compétences telles que la motricité ou le langage.

Les troubles du langage

Les problèmes de mémoire agissent parfois sur le langage. Cela nous amène alors à être incapables de trouver le mot qu’on souhaite ou de s’en souvenir. Ce problème se manifeste parfois dans les prénoms ou l’utilisation d’un mot pour un autre.

Problèmes de concentration

La fatigue engendre souvent des difficultés à se concentrer. Il nous arrive tous de ne pas réussir à retenir une information en fixant notre attention.

Les oublis du quotidien

Qui n’a jamais oublié qu’il porte son chapeau au-dessus de la tête et passe une heure à le chercher ! Ces types d’oublis sont anodins et fréquents. Ils sont généralement provoqués par la fatigue.

Les trous de mémoire

Les trous de mémoire peuvent être causés par la routine ou la fatigue. Par exemple : lorsqu’on s’interrompt de façon soudaine en se demandant si on a bien éteint la lumière avant de partir. Dans ce cas-ci, on ne se souvient vraiment plus si l’action a déjà été faite ou non étant donné que c’est un acte routinier. Cela veut dire qu’on l’a répété une dizaine de fois et qu’il est fait en mode automatique.

Les solutions

Le cerveau a besoin d’une bonne alimentation pour bien fonctionner. Transmission de l’influx nerveux, fabrication de neurones, multiplication des synapses, … des aliments permettent d’améliorer les capacités du cerveau. Même s’il ne représente que 2% du poids total du corps, le cerveau est un organe très gourmand. Son appétit est même 10 fois supérieur aux autres organes. Il utilise au moins 20% de l’apport calorique par journée, afin de fonctionner. Par ailleurs, il faut également lui apporter les bons nutriments par l’intermédiaire d’une alimentation saine et variée. Pour lui apporter ce dont il a besoin, certains aliments doivent s’intégrer au menu.

Les poissons gras

Plus de la moitié de la masse du cerveau est constituée de lipides. D’autre part, plus de 70% d’entre eux sont des acides gras qui appartiennent à la famille des oméga-3. Ce sont donc des graisses importantes qui permettent d’améliorer les capacités du cerveau. En effet, elles jouent un rôle important dans l’entretien et la construction des cellules du cerveau et dans l’activité des neurones. Ces acides gras préservent aussi la fluidité de nos membranes. La carence en oméga-3 provoquerait notamment des troubles de mémoires. Les poissons gras sont une des sources les plus importantes en oméga-3.

La banane

Une seule banane peut couvrir le quart de l’apport nutritionnel conseillé. Ce fruit est donc essentiel pour améliorer les capacités du cerveau. Grâce à sa richesse en magnésium, la banane peut aider à améliorer la transmission de l’influx nerveux. C’est aussi une bonne source en vitamine B6. Cette dernière est justement impliquée dans l’utilisation et l’assimilation de magnésium à l’intérieur des cellules. De plus, la vitamine B6 favorise la fabrication de certains neuromédiateurs comme le GABA (acide gamma-aminobutyrique) et la sérotonine. Ainsi, pour améliorer les capacités du cerveau, n’hésitez pas à manger de temps en temps des bananes.

Les légumineuses

Le cerveau est qualifié de « gluco-dépendant ». Cela veut dire qu’il a besoin de sucre pour fonctionner. D’ailleurs, il en consomme plus de 5g par heure. Mais ne sait pas le stocker. C’est pour cela que son approvisionnement doit être fait par le système sanguin, grâce à l’alimentation. Il a été longtemps prouvé que la capacité de mémorisation et les tâches les plus difficiles dépendaient du taux de glucose dans le sang. Cependant, il faut faire attention aux excès de sucreries sous peine de provoquer une fatigue ou une baisse de l’attention. Ainsi, il faut opter pour les sucres « complexes » ou à Index Glycémique bas. Les légumes en sont justement riches, ce qui aide à régulariser le taux de glucose. Les légumineuses sont donc un excellent moyen d’améliorer les capacités du cerveau.

Les œufs

Les œufs est un aliment qui permet d’améliorer les capacités du cerveau. En effet, ils contiennent de la lécithine et des phospholipides qui sont d’excellentes protéines. Aussi, grâce à leur richesse en acide aminé, les œufs favorisent la fabrication des principaux neurotransmetteurs. C’est par exemple le cas de l’acétylcholine, qui est indispensable à la mémorisation et qui stimule l’apprentissage.

Les fruits rouges

Toutes les baies comestibles sont riches en vitamine C :

  • Les cassis ;

  • Les framboises ;

  • Les fraises ;

  • Les myrtilles ;

  • Les mûres ;

  • Les groseilles.

Par ailleurs, les fruits rouges sont aussi des sources en micronutriments antioxydants, nécessaires pour améliorer les capacités du cerveau. La consommation de fruits rouge agit sur les cellules nerveuses du cerveau et améliore la circulation des petits capillaires sanguins. Cela assure alors une meilleure oxygénation du cerveau.

Les fruits de mer

Pour améliorer les capacités du cerveau, il est conseillé de consommer des fruits de mer. En effet, ces derniers sont riches en B12, ainsi qu’en protéines. Ils contiennent aussi des oligo-éléments qui sont essentiels au bon fonctionnement du cerveau. Ces oligo-éléments nous permettent de prévenir et de lutter contre le stress et ses symptômes. Parmi eux, certains contribuent notamment à lutter contre les fatigues intellectuelles, l’anxiété et les troubles de la nervosité. C’est entre autres le cas du :

  • Manganèse ;

  • Lithium ;

  • Cuivre ;

  • Iode

Ces dernières se retrouvent tous dans les fruits de mer.

Les épinards

Les légumes à feuille ont la particularité d’être riches en vitamine B9. Cette dernière participe notamment à la construction de tissu nerveux pour le fœtus. Elle agit aussi sur le renouvellement des cellules sanguines. Une carence en vitamine B9 peut provoquer une baisse de mémoire et de vigilance. D’ailleurs, ce phénomène est constaté chez les personnes âgées qui en sont carencées. Dans le cas où vous n’aimez pas les épinards, vous pourrez opter pour le cresson, les brocolis, la mâche, la laitue, ou encore les différentes fines herbes. Ces derniers ont des propriétés stimulantes pour la mémoire et la concentration. Les légumes à feuilles permettent d’améliorer les capacités du cerveau en favorisant la circulation sanguine cérébral.

Le foie

20% des besoins en oxygène de l’organisme sont utilisés par le cerveau. L’organisme a besoin de fer pour transporter l’oxygène grâce à l’hémoglobine. Or, le foie est une bonne source de ce métal. C’est aussi une excellente source en vitamines du groupe B. Depuis plusieurs années, il a été prouvé que ces vitamines, en particulier la B12, la B9, la B6 et la B1 permettent d’améliorer les fonctions cognitives. Le foie est donc une solution pour améliorer les capacités du cerveau. Par contre, si vous n’aimez pas le foie, optez pour la viande de bœuf, le jambon, ou encore la levure diététique.

Conseils naturo :

Faire un drainage du foie surtout si vous avez été vacciné quelque temps auparavant : Spiruline + Cassis en gemmothérapie

Huiles essentielles en diffusion : Romarin Cinéol + Citron

Oligo éléments : Magnésium, Zinc,

En gemmothérapie : Ginkgo biloba + Cassis + Romarin

En fleurs de Bach : Clématis (perte de mémoire) + Rescue si stress ou Mimulus (anxiété), Oak si vous ne savez pas arrêter…

Faire de l’exercice physique, du yoga…

Faites faire des massages, faites vous plaisir

Retrouvez le sourire et même le rire, retrouvez le sens de votre vie,

Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square